Author: La troupe du NTP

En 2018, après 37 créations, et près de 47.000 spectateurs, nous fêterons la dixième édition du festival du Nouveau Théâtre Populaire. La troupe a voulu fêter cet anniversaire en réalisant un de ses plus grands rêves : faire un festival hors cadre, hors format, hors logique, ayant pour principe de rassembler tous les spectacles autour de l’œuvre d’un seul auteur.

Cet auteur, ça sera Balzac !

En août 2018, nous créerons donc :

Illusions perdues d’après Balzac

Splendeurs et misères des courtisanes d’après Balzac

La Peau de chagrin d’après Balzac

La Duchesse de Langeais d’après Balzac

Honoré, vie balzacienne

Grandes espérances, d’après Dickens

Pourquoi ce projet ? 

Parce qu’il est temps de faire la très grande fête ! Nous sommes animés d’une soif formidable de théâtre et nous rêvons depuis longtemps de faire un spectacle–monde ; et nous pensons que le festival du Nouveau Théâtre Populaire est pour cela l’endroit rêvé.

Pourquoi Balzac ?

Parce qu’il est visionnaire. D’une certaine façon, ses livres sont notre Genèse. Ils posent les jalons de notre époque et nous permettent de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Ces romans, malgré leurs différences de tonalité, ont pour trait commun de ne jamais idéaliser ni les personnages, ni le monde dans lequel ils vivent. Individualisme destructeur, égoïsme calculateur, ambitions meurtrières ; règne arrogant du journalisme qui broie la poésie ; emprise du capitalisme financier, qui lie les hommes par des dettes impossibles… Balzac regarde les hommes tels qu’ils sont, sans les magnifier, mais sans les blâmer. Il voit et écrit ce qui est.

Chacune des œuvres choisies est différente, mais toutes participent à l’idée folle de Balzac : recenser de façon totale le monde tel qu’il est. Et toutes participent au coup de génie de la Comédie Humaine ; que chaque œuvre, tout en étant autonome, soit en même temps une partie d’un grand Tout. Et c’est à ce coup de génie que veut rendre hommage cette édition, en faisant en sorte de tisser des échos et des jeux de miroir entre tous les spectacles.

Notre ambition sera de traduire cette soif d’écriture, d’épique, de personnages. Comment ? Par un rythme radicalement vigoureux, par un rapport ludique et désinvolte à l’écriture et par un pont sans cesse jeté entre le passé de l’écriture et le présent du théâtre ; nous tenterons de ressusciter la vigueur balzacienne, si singulière en ceci qu’elle jouit de tout (et surtout d’illusions et de destins tragiques) et ne se désole de rien.

Tout au long de la saison, certains de nos spectacles jouent en tournée, partout en France.

• La Vie treshorrificque du grand Gargantua
– le 16 septembre au Chainon manquant, Laval (53)
– le 3 mai à l’Estran, Marennes (17) – Théâtre de la Coupe d’or

• La Paix
– 
le 17 avril au Carroi, La Flèche (72)

• Le jour de gloire est arrivé
– 
le 9 avril au Théâtre Universitaire François Rabelais, Tours (37)
– le 20 avril au Théâtre Louis Jouvet, Rethel (08)

• Petit et Grand
– le 27 mai au Mystère de Loire, La Ménitré (49)

Christophe Rouger

 

Après une licence de psychologie, il étudie au conservatoire régional d’Angers et au conservatoire municipal de Paris Ve. Il étudie la versification avec Michel Bernardy, Valérie Bezançon.

Il écrit et met en scène Olligia. Il joue dans Kadogo avec la compagnie Act’3 et participe aux créations collectives, Les Reines, Magadan, Detroit et Bérénice avec Les Rivages.

Il fonde la Compagnie de la Roulotte et met en scène Phèdre de Racine en 2017.

Avec le NTP, il participe au chœur d’Œdipe-Roi (2014) et La Paix (2016). Depuis 2017, il est responsable de la logistique de la Tournée des Battages et de la Tournée des Vendanges ainsi que des bénévoles.

Léonie Lenain

 

Diplômée d’un Master 1 d’Etudes théâtrales à la Sorbonne-Nouvelle Paris III, elle est actuellement en Master 2 Métiers de la production théâtrale. Elle a effectué un stage de relation publique au Théâtre de la Tempête en 2015.

Depuis 2016, elle collabore comme assistante de production avec Lola Lucas pour le Nouveau Théâtre Populaire, la Compagnie de la jeunesse aimable – Lazare Herson-Macarel et la Compagnie Hypermobile – Clément Poirée et depuis 2017 pour Hérétique Théâtre – Julien Romelard.

Il a été formé au conservatoire d’art dramatique du Vie arrondissement à Paris, puis à l’ENSATT avec B. Sobel, C. Schiaretti et A. Françon.

Il a  joué notamment avec N. Strancar La Fable du fils substitué, G. Gotti L’Hamblette, B. Sobel Cymbeline, E. Gautier Le Numéro d’équilibre de Bond, C. Carabédian Les Accapareurs de Ph. Löhle, C. Schiaretti Ruy Blas, L’École des femmes, R. Renucci / Les Tréteaux de France Le Faiseur d’après Balzac, Philippe Baronnet Maladie de la jeunesse.

Au NTP, il joue :

La Dame de chez Maxim (2017)
La Fleur au fusil (2017)

Élissa Alloula se forme à l’école du Vélo Volé et joue dans deux des productions de cette compagnie au théâtre du Lucernaire à Paris et au festival d’Avignon OFF (juillet 2009 et 2011). En 2011, elle intègre l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg sous la direction de Julie Brochen. Elle y travaille notamment avec Gildas Milin, Claudio Tolcachir, Cécile Garcia-Fogel, les membres duTGStan et Eric Vigner. Titulaire du DNSPC (Diplôme National Supérieur Professionnel de Comédien) en 2014, elle obtient la même année un master 2 d’études théâtrales, intitulé « Le théâtre Algérien amateur, aujourd’hui » à l’université Paris X. Entre 2011 et 2014, elle participe à des stages de formation à travers l’Europe, en Toscane et en Hongrie et participe aux deux premières éditions du festival Venice Open Stage à Venise, Italie.

Elle joue avec Les Fous Masqués (Les fourberies de Scapin de Molière), Jean-Yves Ruf (Les Trois sœurs de Tchekhov), Vincent Thépaut (Elle de Jean Genet), Jean-René Lemoine (La Veuve et le lettré de Wang Renjie), David Lescot (Une femme chaste  de Wang Renjie), Anne-Sophie Grac et Léa Maris (Many Freacks Cirkus de Florian Choquard), Charles Tordjman (Monologue de nous de Bernard Noël).

Au NTP, elle joue :

– Elissa dans La fleur au fusil  (2017)
– 
Clémentine dans La Dame de chez Maxim (2017)
Little Nemo (2017)

Diplômé du CFA des comédiens du Studio d’Asnières, une formation rémunérée où il joue et travaille pour différentes compagnies tout en suivant des cours auprès de nombreux intervenants, il co-fonde avec Johann Cuny le collectif « Les Soirées Plaisantes » lauréat du festival Mises en Capsules au Ciné 13 en 2013 et monte trois cabarets (Les Soirées Plaisantes 1, 2 et 3) et le spectacle La vie rêvées des profs  joué 125 fois de février à août 2014 au nouveau théâtre La Boussole à Paris puis intègre les Metro Show Men avec Moustafa Benaïbout et Johann Cuny, un trio de comédiens improvisant des sketchs plusieurs fois par semaine dans les rames du métro parisien.

En parallèle, il joue Pourquoi mes frères et moi on est parti de Hedi Tillete de Clermont Tonerre, mise en scène par Sarah Tick. Il travaille également avec Frédéric Ferrer pour le spectacle Kyoto Forever 2, joué en novembre 2015 à la Maison des métallos puis en tournée, et sous la direction de Moustafa Benaïbout dans Glym et Mathilde. Dernièrement il joue dans Paria Park de Milan Ottal mis en scène par Gabriel Bestion à Anis Gras et dans Comment Igor a disparu, une création de Jean Bechetoille, prix du jury au festival du Théâtre 13 2017.

Avec le NTP, il a joué :
– De Gaulle dans Le jour de gloire est arrivé (re-création en salle, 2017)
– Le lieutenant Corignon dans La dame de chez Maxim  (2017)
– Oncle Max, Le Capitaine dans La fleur au fusil  (2017)