Author: La troupe du NTP

La représentation de La Vie treshorrificque du grand Gargantua est maintenue ce soir dans le parc du Château de Marson, à 19h30. De petites averses peuvent avoir lieu, nous vous recommandons d’apporter vos parapluies car la représentation est en extérieur. Au plaisir de vous y retrouver !

Le Nouveau Théâtre Populaire fait sa tournée des Vendanges et pose son tréteau dans votre ville !

Pour cet événement, la billetterie en ligne n’est pas disponible – détails pour les réservations au bas de cet article.

Avec la première édition de la Tournée des Vendanges, le NTP se lance à la rencontre d’autres publics, dans d’autres communes, urbaines et rurales, où le théâtre entre parfois pour la première fois. Du 11 au 24 septembre 2015, les acteurs se promèneront de village en village, en plein air, dans des lieux insolites, charmants et pittoresques. Pour cette édition inaugurale, la troupe du NTP en partenariat avec les communes vous proposent La Vie treshorrificque du grand Gargantua, spectacle joué en 2014 et en 2015 au festival de Fontaine-Guérin.

Le spectacle

La Vie treshorrificque du grand Gargantua est un spectacle sur la possibilité de tout apprendre et de tout penser, sans aucune censure. Tout apprendre, tout penser, et tout dire : le comique, le grotesque, le pathétique, le scatologique, le scientifique, l’astronomique, tout, tout et tout. Sauf l’obscurantique : pas de fausse connaissance, pas d’érudition vaine, pas de curiosité feinte. L’étonnement ne peut pas être trahi.

La Vie treshorrificque du grand Gargantua est aussi un spectacle sur la liberté de la langue, qui est le début de toute liberté. Pouvoir tout dire, c’est pouvoir aborder  tous les sujets, de l’église à la matière fécale ;  c’est aussi pouvoir dire tous les mots, même les mots inventés. Pour que l’homme se libère, il faut qu’il libère sa capacité à parler. Il faut qu’il libère sa langue. Après Rabelais, l’orthographe s’académise, la pensée se soumet à la raison, la langue se range sous l’empire des lois. Pourtant le souvenir des géants reste dans les mots : la liberté a laissé une trace écrite et orale dans l’ordre établi. La Vie treshorrificque du grand Gargantua, c’est l’enfance du français, une enfance libre, facétieuse, bâtarde dont le français adulte se souvient avec émotion, comme d’une époque d’insouciance et de gaieté.

Pour raconter cette histoire, quatre acteurs plongent dans l’enfance du français, un monde magique où l’on peut tout dire, tout faire, tout penser, avec l’imagination pour seul guide, et pour seule arme, le rire.

Les communes de la tournée

A Saint-Georges-des-Sept-Voies (49)
Le 11 septembre à 19h00 – réservations au 06 09 69 19 64 tous les jours de 15h00 à 18h00
Pour y aller : se rendre aux jardins de la Mairie de Saint-Georges-des-Sept-Voies.

A Blois (41) – dans le cadre du festival L’Eté sans Fin organisé par la Scène Nationale de Blois
Le 12 septembre à 19h00 et le 13 septembre à 12h00 – réservations au 02 54 90 44 00 ou sur le site à l’adresse suivante : billetterie.halleauxgrains.com
Pour y aller : La Halle aux Grains, 2 place Jean Jaurès, suivre les panneaux « Halle aux Grains » depuis le centre ville de Blois.

A Rou-Marson (49)
Le 18 septembre à 19h30 – réservations au 06 09 69 19 64 tous les jours de 15h00 à 18h00
Pour y aller : au parc du Château de Marson, prendre la rue Henri Fricotelle, au centre de Rou-Marson, jusqu’à croiser à droite la Montée du Château. Le Château de Marson se situe sur la gauche dans cette montée.

A Bauné (49) – dans le cadre des Journées du Patrimoine
Le 19 septembre à 17h00 – réservations au 02 41 45 10 29
Pour y aller : 5, rue Saint-Jacques. Suivre le centre-bourg de Bauné, place Saint-Gilles. Le presbytère se trouve juste derrière l’église, en suivant la rue Julien Daillère.

A Saintes-Gemmes-sur-Loire (49)
Le 20 septembre à 18h30 – réservations au 02 41 66 75 52
Pour y aller : dans le jardin du 10, rue des Arélias. L’accès au jardin est piéton et se fait par la rue de la Rive. Plusieurs parkings se trouvent à proximité pour garer les voitures : place de la mairie, place de l’église, ou place du jeu de boules. Suivre le fléchage communal pour accéder au lieu.

A Savennières (49) dans le cadre du festival Terres à Vins, Terres à Livres
Le 24 septembre à 20h30 – réservations au 06 09 69 19 64 tous les jours de 15h00 à 18h00
Pour y aller : au Clos Lavau. Entrer dans la commune et rejoindre la place du Mail, derrière l’église où il est possible de se garer. Depuis la place du Mail, l’accès est piéton. Suivre le fléchage communal jusqu’au Clos Lavau.

A bientôt chez vous !
La troupe du NTP

Vie et mort de sept rois

Texte : Léo Cohen-Paperman et Sacha Todorov en collaboration avec les comédiens du spectacle
Mise en scène : Léo Cohen-Paperman
Collaboration artistique et piano : Sacha Todorov

Avec :

Pauline Bolcatto : Pierre Mendès-France, La République, Foule de Mai 68, La Mort, Elisabeth Hubert, Elisabeth Guigou, Cécilia Sarokzy, Carla Bruni, Eva Joly, Laurence Ferrari.
Valentin Boraud : André Le Troquer (Président de l’Assemblée Nationale le 1er juin 1958), Porte-Drapeau, Soeur Sourire, Evariste, Jean-Michel Royer, Jacques Chaban-Delmas, Laurent Fabius, François Autain, Pierre Mauroy, Pierre Bérégovoy, Lionel Jospin, Ségolène Royal, François Hollande.
Julien Campani : Jacques Soustelle, Danton, Jacques Chirac, Nathalie Arthaud.
Philippe Canales : Valéry Giscard d’Estaing, Un Résistant, Maurice Challe, Soeur Sourire, Evariste, un médecin, Joseph Franseschi, Laurent Fabius, Robert Badinter, Pierre Mauroy, Edouard Balladur, Jean-Louis Debré, François Bayrou.
Emilien Diard-Detœuf : François Mitterrand, Dominique de Villepin, Jean-Pierre Chevènement, Journaliste, Jacques Cheminade.
Joseph Fourez : Georges Bidault, Soldat de 14/18, Georges Pompidou, Eddy Mitchell, Jacques Delors, Jack Ralite, Pierre Mauroy, Edwy Plenel, Guillaume Durand, Alain Juppé, Hubert Védrine, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, Philippe Poutoux.
Sophie Guibard : Guy Mollet, Foule de Mai 68, Jacqueline Baudrier, Michèle Cotta, Jacques Séguéla, Laurent Fabius, André Henri, Georges Fillioud, Pierre Bérégovoy, Nicolas Sarkozy.
Morgane Nairaud : Léopold Sédar Senghor, Assassin du Petit Clamart, Foule de Mai 68, Claude Pompidou, Marie-France Garaud, Georgina Dufoix, Pierre Mauroy, Martine Aubry, Marine Le Pen.
Antoine Philippot : Charles De Gaulle, Alain Duhamel, Jean Boissonnat, Pierre Mauroy, Robert Badinter, Jack Lang, Max Gallo, Elie Vannier, Alain Madelin, Jean-Pierre Raffarin,  Bernard Kouchner, Nicolas Dupont-Aignan, Laurent Delahousse.
Loïc Riewer : Jean-Marie Le Pen, André Malraux, Maurice Thorez, Foule de Mai 68, Pierre Juillet, Charles Pasqua, Jacques Toubon, Dominique Strauss-Kahn, Jean-Luc Mélenchon.

Costumes : Zoé Lenglare

Administration et production : Lola LucasFrédéric Jessua
Régie générale : Thomas Chrétien

 

Le Jour de gloire est arrivé raconte l’odyssée grotesque et sublime de la politique française sous la Cinquième République : de 1958 à nos jours.

Nous sommes unis par une histoire commune ! Et si nous consentions à écrire un récit – insistons sur le mot récit – collectif ? Et si nous faisions théâtre de cette histoire ? C’est le projet que la troupe du Nouveau Théâtre Populaire a décidé de prendre à bras le corps. Nous avons choisi, collectivement, de nous emparer de la grande Histoire, du Général de Gaulle à François Hollande, avec les armes du théâtre. Ni accusateurs, ni hagiographes, nous voudrions nous emparer joyeusement de ces cinquante-sept dernières pour écrire, en deux heures, la chronique de nos origines.

Nous aimons, comme le chante Lear, « chanter, prier, raconter des histoires héroïques, se moquer avec les pauvres de la vie des puissants, qui triomphent et qui perdent, qui gouvernent et qui tombent, et se moquer de ces papillons d’or fragiles, s’approcher doucement des mystères de l’être comme si nous étions des espions de Dieu. » L’origine, l’incarnation et la personnalisation du pouvoir sont comme le feu : ils réchauffent en même temps qu’ils brûlent.

Deux idées fondatrices, donc : le passé comme constitution d’un héritage commun et la fascination – en même temps que le dégoût – pour ceux qui nous gouvernent. Nous proposons ainsi l’hypothèse suivante : Le Jour de Gloire est arrivé racontera l’histoire de sept rois – Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande – de sept rois, et de leurs cours, de leurs femmes, de leurs luttes, de leur élévation et de leur déchéance.

Sept rois, donc sept théâtres. En travaillant sur le spectacle, j’ai beaucoup pensé à Shakespeare. On revient toujours à la source du théâtre occidental. Le titre complet de Richard III, c’est La Vie et la Mort du Roi Richard III. Pourquoi Shakespeare ? Parce qu’au fond, ses pièces historiques avaient la même fonction : réunir un public autour d’une histoire et traiter ses presque contemporains comme des mythes – et donc, faire mythologie commune, et donc formuler par la parole et la chair ce qui constitue une part de notre identité et de notre héritage.

Texte : Sophocle
Traduction et adaptation : Lazare Herson-Macarel et Sacha Todorov

Mise en scène : Lazare Herson-Macarel
Collaboration artistique : Philippe Canales

Le chœur :

Damien Bellard
Catherine Bidault
Eve Blanchard
Françoise Cassin
Véronique Côme
Louis Delaunay
Ophélie Guéguen
Paul Lemonnier
Erwann Meneret
Michel Rateau
Christophe Rouger
Claire Savary

Le Coryphée : Antoine Philippot
Œdipe : Baptiste Chabauty
Créon : Loïc Riewer
Tirésias : Anna Fournier
Jocaste : Elsa Grzeszczak
Le messager de Corinthe : Julien Romelard
Le berger : Valentin Boraud
Le messager du Palais : Sacha Todorov

Direction musicale : Baptiste Chabauty
Percussions : Baptiste Chabauty et Sacha Todorov
Costumes : Zoé Lenglare
Maquillages : Philippe Canales
Régie générale : Thomas Chrétien
Administration et production : Lola Lucas, Frédéric Jessua

 

Œdipe-Roi est l’histoire d’un peuple en état de catastrophe. La peste est sur Thèbes, le blé ne vient plus, les femmes n’enfantent plus, hommes et bêtes meurent par dizaines, de maladie et de faim. Les Thébains viennent demander à Œdipe de les sauver, mais ils ignorent qu’Œdipe est la source même de leur malheur. Sans que personne ne le sache, la tragédie a déjà eu lieu : Œdipe a déjà tué son père, il a déjà couché avec sa mère, il a déjà des enfants qui sont aussi ses frères et ses sœurs. A rebours de l’interprétation freudienne du mythe d’Œdipe-Roi, la pièce de Sophocle m’apparaît comme le récit d’une crise politique, une formidable machine à penser nos pestes contemporaines : l’indifférence des élites, la pauvreté, la violence sociale, la haine de tous contre chacun, l’accroissement des inégalités, les replis identitaires, la misère matérielle et spirituelle. En découvrant ce texte écrit il y a 2500 ans, nous sommes face à l’immense tâche qui nous reste à accomplir : le renouveau politique.

Œdipe-Roi est une tragédie qui se termine bien. Après le départ d’Œdipe pour l’exil, l’oracle des dieux se réalise et la peste prend fin. Le peuple libéré du fléau reste seul, avec une nouvelle page d’histoire à écrire, un nouvel équilibre poétique et politique à inventer et à mettre en œuvre. En effet, ce bannissement final, cette remise en cause des fondements même de notre système, n’est-ce pas une nécessité que nous devrions sentir chacun à notre manière, une sorte de mission dont nous savons qu’elle finira par s’imposer au cours des années à venir ?

Le projet de monter Œdipe-Roi à Fontaine-Guérin trouve son sens grâce à la présence des acteurs volontaires venus du public qui ont eu le courage de monter sur notre plateau pour incarner le chœur tragique, pour porter haut la parole de ce peuple qui interroge, qui questionne, qui redoute, qui cherche la justice. Grâce à eux, on entend l’écho véritable de l’espoir, on devine l’hésitation intime qui traverse la foule des vivants, on assiste à l’effort collectif pour agir en fonction de la raison, de la loi intime écrite au cœur de chaque être humain, et non pas en fonction d’une impulsion violente, d’un instinct bestial, ou du réflexe grégaire dicté par la bêtise.

Enfin, grâce à cette troupe extraordinairement nombreuse, composée de gens si différents, il n’est plus seulement question de théâtre, mais aussi de renforcer le lien que nous tissons ensemble depuis sept ans, acteurs et spectateurs du Nouveau Théâtre Populaire. Ce spectacle est une tentative de partager avec l’ensemble du public nos interrogations profondes. Celles qui existent au sein de la troupe, celles qui nous rassemblent avec vous après les spectacles, celles qui laissent espérer une aube de la pensée au sein de la communauté humaine d’aujourd’hui, pour inventer un lendemain meilleur.