Festival 2021

revue de presse du Nouveau Théâtre Populaire – été 2021

 

Retrouvez ici tous les articles parus dans la presse à propos du Nouveau Théâtre Populaire de janvier à août 2021, à lire sur notre site, sur les sites internet des journaux, ou à télécharger directement.

Article paru sur le site Sceneweb.fr le 22 juillet 2021 : « Le Nouveau Théâtre Populaire propulse Molière au septième ciel »

Article paru dans le New York Times le 12 août 2021 : « Finding a new theater audience, far from France’s cities » (format PDF, 265 ko)

Reportage France 3 Pays de la Loire du 25 août 2021 : « Maine-et-Loire : festival du Nouveau Théâtre Populaire à Fontaine-Guérin »

Conférence de presse, Avignon, 21 juillet 2021 : « Le Nouveau Théâtre Populaire pour Le Ciel, la nuit et la fête »

La Terrasse, 25 juin 2021 : « Le Ciel, la nuit et la fête, entretien avec Emilien Diard-Detœuf »

Article paru sur le site d’Artcena le 14 juillet 2021 : « Pour une décentralisation théâtrale 2.0 », entretien avec Pauline Bolcatto, Lola Lucas et Emilien Diard-Detœuf

Article paru dans Le Monde le 24 juillet 2021 :

 

Article paru dans L’Humanité le 23 août 2021 : « Le Nouveau Théâtre Populaire joue Molière »

 

Article paru dans Ouest France le 17 août 2021 : « Avec Molière, ils vous envoient sur un petit nuage »

 

Dossier paru dans Théâtre(s) du mois de juin 2021 : « Carnet de création, Le Ciel, la nuit et la fête »

 

Article paru dans Télérama le 6 janvier 2021 : « Scènes de la vie provinciale »

 

 

Articles parus dans le Courrier de l’Ouest au mois d’août 2021

Le ciel, la nuit et la fête
(Le Tartuffe / Dom Juan / Psyché)

 

Le Tartuffe, Dom Juan et Psyché de Molière

MISE EN SCENE LE TARTUFFE Léo Cohen-Paperman
MISE EN SCENE DOM JUAN Emilien Diard-Detœuf
ADAPTATION ET MISE EN SCENE PSYCHE Julien Romelard
CONCEPTION ET MISE EN SCENE GRAND SIECLE (RADIO) Frédéric Jessua

SCENOGRAPHIE Anne-Sophie Grac
LUMIERE Thomas Chrétien assisté de Thomas Mousseau-Fernandez
COSTUMES Zoé Lenglare et Manon Naudet
MUSIQUE Bravo Baptiste
SON Lucas Lelièvre assisté de Baudouin Rencurel
ACCESSOIRES Pierre Lebon
MAQUILLAGE ET COIFFURES Pauline Bry-Martin
REGIE GENERALE Marco Benigno
ADMINISTRATION ET PRODUCTION Lola Lucas assistée de Hugo Réauté

DISTRIBUTION 

Pauline Bolcatto, Valentin Boraud, Julien Campani, Philippe Canales, Baptiste Chabauty, Léo Cohen-Paperman, Emilien Diard- Detœuf, Clovis Fouin, Elsa GrzeszczakLazare Herson-Macarel, Frédéric Jessua, Morgane Nairaud, Antoine Philippot, Loïc Riewer, Julien Romelard, Claire Sermonne, Sacha Todorov

Production : Nouveau Théâtre Populaire
Coproduction : Festival d’Avignon, Le Quai – CDN d’Angers, CDN de Tours – Théâtre Olympia, CCAS, Association des Amis du Nouveau Théâtre Populaire, Théâtre de Chartres, CENTQUATRE-PARIS, Mécènes et Loire
Avec le soutien des Tréteaux de France-CDN
Avec l’aide à la création de la Région Pays-de-la-Loire
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

 

Le Nouveau Théâtre Populaire s’attaque au continent Molière ! L’édition 2021 du festival verra la création de trois pièces : Le Tartuffe, Dom Juan et Psyché. Introduites par des levers de rideau théâtro-radiophoniques baptisés Grand Siècle (radio), elles forment ensemble une seule œuvre, Le ciel, la nuit et la fête. Comme un seul chemin de pensée et d’esthétique.

Pourquoi ces trois pièces ?

Avec Le Tartuffe, Dom Juan, et Psyché, Molière pose la question du rapport, intime et politique, que chacun entretient avec sa foi (ou son absence de foi). Dans Le Tartuffe, l’intégrisme religieux est la conséquence d’une foi fragile. Dans Dom Juan, Dieu répond au blasphème par le silence, et abandonne le blasphémateur à sa condition d’homme. Enfin, dans Psyché, l’amour sauve l’Homme devenu l’égal de Dieu. Le XVIIe siècle de Molière et de Louis XIV levait des yeux inquiets vers le ciel. Le monde, avec les chocs successifs de la Réforme, de la révolution galiléenne et de la Contre-Réforme, avait basculé. C’est peut-être au moment où sa remise en cause éclate au grand jour que la foi s’exprime de la façon la plus pressante.

Intégrismes religieux, hubris technologique et eschatologie climatique : notre époque aussi cherche une transcendance, sans toujours la nommer. Notre siècle aussi lève des yeux inquiets vers le ciel. Et Molière éclaire, d’une lumière à la fois élégante et crue, ces questions. Dieu se joue des mortels, les mortels sont trahis par Dieu, et Dieu défié par un mortel choisit de se taire pour nous laisser dans l’effroi de sa dernière absence. A moins, silence plus infini encore, qu’il n’ait jamais existé, et que le Ciel n’ait jamais été qu’un théâtre habité que par les rêves des humains eux- mêmes… C’est l’histoire que nous voulons raconter en jouant ces trois pièces.

Une pensée commune, des esthétiques multiples.

Trois pièces de Molière pour trois metteurs en scène, dix-huit acteurs et un tréteau de bois. Plus qu’une simple succession, Le ciel, la nuit et la fête est un parcours, un pari de théâtre. L’ordre dans lequel les pièces sont représentées est une invitation à railler, affronter puis transcender notre condition désespérée de mortels. De la sensualité classique du Tartuffe au concert cathartique de Psyché, en passant par la noirceur contemporaine de Dom Juan, nos Molière proposent une odyssée théâtrale qui raconte, par ses ruptures esthétiques les bouleversements d’un monde toujours en mouvement.

Mais nous ne nous reconnaissons pas dans le topos d’un univers seulement éclaté, déconstruit, bouleversé. Le ciel, la nuit et la fête propose le récit d’un désir fragile de réconciliation et d’unité : par la troupe d’acteurs, par la simplicité des moyens engagés et par le verbe d’un seul auteur, dont nous sommes tous, en tant que femmes et hommes de théâtre, les héritiers. C’est aussi cet héritage, qui nous glace et nous réjouit dans un même moment, dont nous voulons nous emparer.

Léo Cohen-Paperman, Emilien Diard-Detœuf et Julien Romelard

Les lectures

 

En 2021, les lectures porteront sur Molière, thème de la XIIIe édition du festival ! Ces soirées sont organisées par les bibliothèques de L’Entente-Vallée et le Nouveau Théâtre Populaire.

 

Monsieur Molière ! [ANNULE]

MARdI 26 JAnVIER à 20h30
MédIAthèqUE LA bULLE à MAzé-MILon

“Dans les combats d’esprit savant maître d’escrime,
Enseigne-moi, Molière, où tu trouves la rime… »

 

A vous dire le vrai, les amants sont bien fous! [ANNULE]

MARdI 16 féVRIER à 20h30
bIbLIothèqUE dE bEAUfoRt-En-AnJoU

Avec des conteurs amateurs

Au cours d’un surprenant voyage à travers l’œuvre de Molière, nous  poserons la question  qui nous brûle depuis des siècles:  Amour et Folie sont-ils d’inséparables jumeaux ?

 

La Farce !

MERCREdI 31 MARS à 20h30
ESpACE CULtUREL dE LA MénItRé

Avec des élèves de la MFR de Gée – Beaufort-en-Anjou

La farce est ce moment de franche rigolade où les embrouilles des uns côtoient les magouilles des autres. De quoi petits et grands pouvaient-ils bien rire à l’époque de Molière ? Venez le découvrir avec nous ! 

 

Grand Siècle (radio)

MARdI 20 AVRIL à 20h30
MAISon dU théâtRE à fontAInE-GUéRIn

Les metteurs en scène de l’édition Molière sont-ils de vraies personnes ? Pour le savoir, Grand Siècle, la radio du festival, va les interviewer devant vous.

 

Entrée libre / Informations : Service culturel de Beaufort-en-Anjou 02 41 79 36 12 – service.culturel@beaufortenanjou.fr

le tartuffe /
moliere


14, 17, 20, 23, 26 août, 20h30

 

MISE EN SCÈNE Léo Cohen-Paperman
SCENOGRAPHIE Anne-Sophie Grac
LUMIÈRES 
Thomas Chrétien
COSTUMES 
Zoé Lenglare et Manon Naudet
SON Lucas Lelièvre assisté de Baudouin Rencurel
ACCESSOIRES Pierre Lebon
MAQUILLAGE ET COIFFURES Pauline Bry-Martin
RÉGIE GÉNÉRALE
Thomas Chrétien et Marco Benigno assistés de Thomas Mousseau-Fernandez
ADMINISTRATION ET PRODUCTION Lola Lucas assistée de Léonie Lenain et Hugo Réauté

DISTRIBUTION

Valentin Boraud : Laurent
Pauline Bolcatto : Marianne
Julien Campani : Tartuffe
Philippe Canales : Cléante
Baptiste Chabauty : Damis
Emilien Diard-Detœuf : L’Exempt
Clovis Fouin : Loyal
Elsa Grzeszczak : Dorine
Lazare Herson-Macarel : Madame Pernelle
Antoine Philippot : Orgon
Loïc Riewer : Valère
Claire Sermonne : Elmire

 

Tartuffe, en singeant la dévotion, a conquis les cœurs des maîtres de la maison. Aveuglé, Orgon décide de lui donner la main de sa fille, l’héritage de son fils et de le laisser rôder autour de son épouse. Comment démasquer l’imposteur ?
Le Tartuffe déconstruit la mécanique de l’extrémisme religieux. Orgon est prêt à détruire sa famille pour satisfaire son directeur de conscience. Réduire au silence ceux qui ne sont pas de son avis : et si le fanatisme était la preuve d’une foi fragile ?

Si la comédie de Molière éclaire notre présent, elle reste inactuelle. Dire ses alexandrins, c’est consentir à un écartèlement entre une langue magnifiquement archaïque et nos corps contemporains. En jouant la pièce en costumes d’époque, sur un plateau nu et au plus près des spectateurs, la troupe du Nouveau Théâtre Populaire vous invite à rire des misères des hommes d’hier, qui ressemblent à s’y méprendre à ceux d’aujourd’hui.

Léo Cohen-Paperman

 

Crédit photo : Thierry Cantalupo

 

Festival 2021

psyché /
moliere

16, 19, 22, 25, 28 août, 20h30

 

ADAPTATION et MISE EN SCÈNE Julien Romelard
SCENOGRAPHIE
Anne-Sophie Grac
LUMIÈRES 
Thomas Chrétien
COSTUMES
 Zoé Lenglare et Manon Naudet
MUSIQUE 
Bravo Baptiste
SON 
Lucas Lelièvre assisté de Baudouin Rencurel
ACCESSOIRES
Pierre Lebon
MAQUILLAGE ET COIFFURES 
Pauline Bry-Martin
RÉGIE GÉNÉRALE 
Thomas Chrétien et Marco Benigno assistés de Thomas Mousseau-Fernandez
ADMINISTRATION ET PRODUCTION 
Lola Lucas assistée de Léonie Lenain et Hugo Réauté

DISTRIBUTION

Valentin Boraud : Une grâce
Pauline Bolcatto : Aglaure
Julien Campani : Cléomène
Philippe Canales : Le Roi
Baptiste Chabauty : Amour
Emilien Diard-Detœuf : Une nymphe
Clovis Fouin : Agénor
Elsa Grzeszczak : Cidippe
Lazare Herson-Macarel : Une grâce
Frédéric Jessua : Jupiter
Morgane Nairaud : Psyché
Antoine Philippot : Le Maître de cérémonie
Loïc Riewer : Zéphyr
Sacha Todorov : Poséidon

 

Le temps des dieux touche à sa fin. Vénus, déesse de la beauté, n’est plus à la mode. C’est Psyché, simple mortelle, qu’on adore. Folle de jalousie, Vénus conçoit un stratagème cruel pour briser le cœur de Psyché. Mais son fils, Amour, s’éprend à son tour de la jeune mortelle et l’enferme dans un palais merveilleux… Psyché, héroïne moderne, déterminée à s’unir à celui qu’elle aime, devra apprendre à s’opposer pour devenir l’égale d’une déesse afin de connaître l’Amour.

De ce récit mythologique Molière a fait une tragi-comédie-ballet, ancêtre de la comédie musicale, conçue dans le but de plaire et divertir.

Aujourd’hui, dans un dispositif scénique éclaté qui abolit les frontières entre la scène et la salle, toute la troupe du Nouveau Théâtre Populaire s’empare de la folie baroque de cette œuvre en étant tour à tour acteur, chanteur, danseur et musicien pour en faire une grande fête théâtrale. 

Transporter le public à un concert cathartique et carnavalesque pour affirmer plus que jamais notre besoin de communion, et célébrer ainsi notre humanité.

Julien Romelard

 

Crédit photo : Thierry Cantalupo

 

Festival 2021

grand siecle (radio)

 

TOUS LES SOIRS, DÈS 19H30

APÉRO-SPECTACLE / ENTRÉE LIBRE
CANTINE DE MARTINE EN HAUT DE LA PRAIRIE

 

IDEE ORIGINALE ET MISE EN ONDES Frédéric Jessua
CREATION MUSICALE Bravo Baptiste
CREATION SONORE Lucas Lelièvre
COSTUMES
 Zoé Lenglare et Manon Naudet
RÉGIE GÉNÉRALE Thomas Chrétien et Marco Benigno, assistés de Thomas Mousseau-Fernandez
ADMINISTRATION ET PRODUCTION
Lola Lucas assistée de Léonie Lenain et Hugo Réauté

 

DISTRIBUTION

Valentin Boraud, Pauline Bolcatto, Julien Campani, Philippe Canales, Baptiste Chabauty, Léo Cohen-Paperman, Emilien Diard-Detœuf, Clovis Fouin, Elsa Grzeszczak, Lazare Herson-Macarel, Frédéric Jessua, Morgane Nairaud, Antoine Philippot, Loïc Riewer, Julien Romelard, Sacha Todorov

 

Grand Siècle est un événement radio-théâtral destiné à être diffusé en direct sur les ondes, tout en étant joué depuis un plateau de théâtre. Basé sur de l’improvisation et de la création sonore, ce projet navigue sur la frontière ténue entre la réalité et la fiction. Il est conçu en relation directe avec l’actualité du moment. Dans la cadre de l’édition du festival consacrée à Molière, ce projet convoquera les comédiens et les musiciens de la troupe (ainsi que des invités), à créer un programme original autour de la figure de Molière : interviews, tables rondes, paroles d’acteurs, de personnages, musiques live et enregistrées, happenings, vidéo en direct, tout sera mis en œuvre pour délibérer autour de l’œuvre de Molière et son passage à la scène, aujourd’hui. Grand Siècle accueillera les spectateurs sur le lieu de représentation et servira d’introduction et d’intermèdes aux trois spectacles proposés par la troupe du Nouveau Théâtre Populaire, le tout, un verre à la main…

Frédéric Jessua

 

Crédit photo : Thierry Cantalupo

 

Festival 2021

 

la farce de
maitre pathelin

 

17, 19, 21, 23, 25, 27 AOÛT, 11H

AUSSI EN TOURNÉE DES VENDANGES 3, 4, 5, 6 SEPTEMBRE
À PARTIR DE 6 ANS

 

ADAPTATION et MISE EN SCÈNE Antoine Philippot
COSTUMES Zoé Lenglare et Manon Naudet
RÉGIE GÉNÉRALE
Thomas Chrétien
ADMINISTRATION ET PRODUCTION
Lola Lucas assistée de Léonie Lenain et Hugo Réauté

DISTRIBUTION

Elsa Grzeszczak Guillemette, la juge

Frédéric Jessua Le drapier, le berger

Sacha Todorov Pathelin

 

Une farce, c’est-à-dire un moment de franche rigolade, et celle de maître Pathelin, autrement dit la première et la plus célèbre de toutes. Celle écrite par Villon lui-même peut-être, ou par Triboulet, le bouffon du Roi René d’Anjou et dont Rabelais récitait des pans entiers ; celle qui fit rire le petit Jean-Baptiste Poquelin quand il traversait le Pont Neuf en tenant la main de son grand-père pour aller au théâtre.

Une histoire d’embrouilles et de magouilles entre un avocat, un drapier, un berger, et un juge, chacun rivalisant de mauvais goût et de roublardise pour arriver à sa fin.

Si le rire est le propre de l’Homme, alors de quoi pouvaient bien rire les petits et les grands de cette époque ?

Venez le découvrir avec nous.

Antoine Philippot

 

Crédit photo : Thierry Cantalupo

 

Festival 2021

molière malgré lui /
boraud

 

18, 20, 22, 24, 26, 28 AOÛT 11H

AUSSI EN TOURNÉE DES BATTAGES 30, 31 JUILLET, 5, 6, 7 AOÛT
À PARTIR DE 6 ANS

 

ECRITURE ET MISE EN SCÈNE Valentin Boraud
COLLABORATION ARTISTIQUE
Sacha Todorov
COSTUMES Zoé Lenglare et Manon Naudet
RÉGIE GÉNÉRALE
Thomas Chrétien
ADMINISTRATION ET PRODUCTION
Lola Lucas assistée de Léonie Lenain et Hugo Réauté

DISTRIBUTION

Emilien Diard-Detœuf, Morgane Nairaud, Loïc Riewer

 

Molière est l’auteur de théâtre le plus célèbre de France. Son écriture traverse les siècles et ses mots ne cessent de résonner dans les théâtres. Mais que sait-on de la vie de cet acteur génialement drôle ? de cet écrivain moqueur des ridicules ? de ce meneur de troupe royalement populaire ? Visitons les coulisses de ses débuts dans la vie, de ses débuts dans le théâtre, de ses plus grands succès, de ses rares échecs, de ses amours controversés, de sa célébrité légendaire ; de cet homme qui, sur scène, a rencontré la mort malgré lui.

Valentin Boraud

 

Crédit photo : Thierry Cantalupo

 

Festival 2021

dom juan /
moliere

 

15, 18, 21, 24, 27 AOÛT, 20H30

 

MISE EN SCÈNE Emilien Diard-Detœuf
SCENOGRAPHIE
Anne-Sophie Grac
LUMIÈRES 
Thomas Chrétien
COSTUMES 
Zoé Lenglare et Manon Naudet
SON 
Lucas Lelièvre assisté de Baudouin Rencurel
ACCESSOIRES 
Pierre Lebon
MAQUILLAGE ET COIFFURES 
Pauline Bry-Martin
RÉGIE GÉNÉRALE 
Thomas Chrétien et Marco Benigno assistés de Thomas Mousseau-Fernandez
ADMINISTRATION ET PRODUCTION 
Lola Lucas assistée de Léonie Lenain et Hugo Réauté

DISTRIBUTION

Valentin Boraud : Sganarelle
Pauline Bolcatto : Elvire, Le spectre
Julien Campani : Le pauvre
Philippe Canales : M. Dimanche
Léo Cohen-Paperman : Ragotin
Clovis Fouin : Pierrot
Lazare Herson-Macarel : Don Juan
Frédéric Jessua : Don Louis
Morgane Nairaud : Charlotte
Antoine Philippot : La Statue du commandeur
Loïc Riewer : Don Carlos
Julien Romelard : Don Alonse
Claire Sermonne : Mathurine
Sacha Todorov : Gusman

 

Le seigneur Dom Juan, fortuné et libertin, a abandonné Done Elvire, qu’il avait pourtant sortie du couvent en lui promettant de l’épouser. Flanqué de son valet Sganarelle, il parcourt maintenant la Sicile pour assouvir son insatiable désir. Mais les deux hommes ne rencontrent que menaces et périls, jusqu’au danger mortel. En cinq actes d’une profusion théâtrale inouïe, Dom Juan raconte la marche d’un homme vers l’enfer, et réveille en nous une angoisse de fin des temps que nous avions cru éteindre avec quatre siècles de progrès sans limite. Mais l’enchevêtrement des crises que nous connaissons aujourd’hui réactivent les inquiétudes du XVIIe siècle sur le crépuscule de Dieu. Roi d’un monde où la jouissance est la reine, Dom Juan est pour ainsi dire l’enfant libéral primitif. Sa rage d’aimer est destructrice et son appétit de vivre fait s’effondrer la société sur elle-même. Qu’attend-il du ciel, lui qui l’a tant défié ? Dans un décor vide, sur un plateau nu, nous naviguerons entre farce et tragédie pour faire le portrait d’un homme affranchi de la morale mais esclave de son caprice.

Emilien Diard-Detœuf

Crédit photo : Thierry Cantalupo

 

Festival 2021