De George Feydeau

Mise en scène, décors et lumière : Frédéric Jessua

Les 15, 18, 21 et 24 août à 20h30
Durée : 1h20

Collaboration artistique : Sophie Guibard
Extrait musical: Timber Timbre « Lay Down in Tall Grass »

Avec :
Lazare Herson-Macarel : Moulineaux
– Emilien Diard-Detœuf : Bassinet
Joseph Fourez : Aubin
Morgane Nairaud : Suzanne
Julien Campani : Madame Aigreville
Claire Sermonne : Yvonne
Julien Romelard : Etienne
Valentin Boraud : Madame d’Herblay
Pauline Bolcatto : Rosa
Sophie Guibard : Pomponnette
– Kiki : un chien

Durée : 1h25
Comédie en 3 actes, représentée pour la première fois au Théâtre de la Renaissance à Paris le 17 décembre 1886.

Administration, communication, intendance : Lola Lucas

Pour cacher un début de liaison, le docteur Moulineaux se lance dans une cascade de mensonges, de pirouettes et de dissimulations face à sa femme, sa belle-mère, le mari de sa maîtresse, l’amante de celui-ci qui fut jadis celle de Moulineaux…

Composée par l’auteur à l’âge de 24 ans, Tailleur pour Dames est sa première pièce en trois actes et son premier triomphe. Mettre en scène les tribulations de ce médecin, menteur comme un arracheur de dents, oblige les acteurs et le metteur en scène à se plier à une rigueur sans jamais oublier la fantaisie. Je me suis attelé à respecter la mécanique textuelle et scénique imposée par Feydeau et à travailler sur ce jeu que je qualifie de « concret » consistant à éprouver (sans distance bien sûr) toutes les situations aussi rocambolesques qu’elles puissent être. De ce travail minutieux et fougueux surgira, le rire, la folie et bien sûr, nous l’espérons tous, un savoureux moment de théâtre… Frédéric Jessua

Georges Feydeau (1862-1921) :

Fils naturel de mère polonaise, Georges Feydeau est né à Paris. Il connaît le succès avec ses comédies folles à la mécanique impeccable. Il décède à 59 ans, après avoir sombré dans la folie des suites d’une syphilis. Tailleur pour dames (1886) ; Chat en poche (1888) ; Monsieur chasse ! (1892) ; Un fil à la patte (1894) ; L’Hôtel du libre échange (1894) ; Le Dindon (1896) ; La Dame de chez Maxims (1899) ; La Main passe (1904) ; La Puce à l’oreille (1907) ; Occupe-toi d’Amélie (1908) ; On purge bébé (1910) ; Hortense a dit : « Je m’en fous! » (1916).