de François Rabelais
Mise en scène de Sophie Guibard et Emilien Diard-Detœuf
Costumes : Juliette Gaudel
Scénographie : Nayel Zeaiter

Avec :
Valentin Boraud
Julien Campani
Baptiste Chabauty
Sacha Todorov

La vie treshorrificque du grand Gargantua, c’est un spectacle fait de théâtralités contradictoires : on joue d’abord à raconter, et cela déborde, on s’emporte, peu importe comment. Le narrateur devient bonne soeur, on hurle au passé simple, on naît aussi facilement par l’oreille de sa mère qu’on entre en scène. Ce qui compte, c’est l’appétit de récit, c’est de raconter la bruyante vie du héros Gargantua : il naît, il boit, il morve dans sa soupe, il jubile d’être au monde; il part étudier, il boit, il compte les étoiles à quatre heures du matin, il se goinfre de savoirs ; il mène une guerre, prend des jets de canons pour une attaque de poux, et se discipline, diplomate mais toujours étonné de tout ; puis il tombera amoureux d’une géante, mettra au monde un nouveau géant, et toujours dira : « A boire ! À boire ! À boire ! ».

Les fables et les contes populaires ont cette force d’être en nous au point qu’on les a naturellement intégrés, comme digérés. Quand ils ressortent, on a l’impression de les inventer. Ou plutôt, beaucoup de nos créations sont des réminiscences. Le théâtre ne s’apprend pas, il se retrouve là où il a été enfoui.
La vie treshorrificque du grand Gargantua est un spectacle sur l’enfouissement des connaissances.
C’est un spectacle sur la possibilité de tout apprendre et de tout penser, sans aucune censure. Tout apprendre, tout penser, et tout dire : le comique, le grotesque, le pathétique, le scatologique, le scientifique, l’astronomique, tout, tout et tout. Sauf l’obscurantique : pas de fausse connaissance, pas de connaissance creuse, pas de curiosité feinte. L’étonnement ne peut pas être trahi : on est étonné, ou pas.
La vie treshorrificque du grand Gargantua est un spectacle sur la liberté de la langue, qui est le début de toute liberté. Pouvoir tout dire, c’est évoquer tous les sujets (de l’église à la matière fécale), mais c’est aussi pouvoir dire tous les mots, même les mots inventés. Pour que l’homme se libère, il faut qu’il libère sa capacité à parler. Il faut qu’il libère sa langue. Après Rabelais, l’orthographe s’académise, la pensée rentre dans un rang, la langue se range sous l’empire des lois. Mais le souvenir des géants reste dans les mots : la liberté a laissé une trace écrite et orale dans l’ordre établi.
Gargantua, c’est l’enfance du français, une enfance libre, facétieuse et insolente, dont le français adulte se souvient avec émotion, comme d’une époque d’insouciance et de gaieté.
La vie treshorrificque du grand Gargantua est une entreprise de libre archéologie de la langue. On ne traduit pas. On ne change pas un seul mot. Ils ont cinq cents ans, et pourtant ils sont plus vifs que les nôtres. Parler Rabelais, c’est être à la racine du théâtre populaire. Nous aurions pu commencer par là.