Mise en scène : Léo Cohen-Paperman
Collaboration à l’écriture et à la mise en scène : Julien Campani
Costumes : Manon Naudet
Régie générale : Thomas Chrétien
Administration et production : Lola Lucas assistée de Léonie Lenain

Pauline Bolcatto : Eve Chardon puis Séchard / Horace Bianchon
Valentin Boraud : Lucien Chardon, dit de Rubempré
Philippe Canales :  Vautrin, dit Carlos Herrera
Julien Campani : Etienne Lousteau
Baptiste Chabauty : David Séchard / Michel
Chrestien
Émilien Diard-Detoeuf : Emile Blondet
Clovis Fouin : Andoche Finot
Joseph Fourez : Les Libraires (Le Libraire, Doguereau, et Dauriat)
Elsa Grzeszczak : Louise de Bargeton
Lazare Herson-
Macarel : Raoul Nathan
Frédéric Jessua : Honoré Balzac
Antoine Philippot : Baron Sixte du Châtelet
Morgane Nairaud : Coralie / Florine
Julien Romelard : Daniel d’Arthez
Sacha Todorov : Matifat / Camusot
Claire Sermonne : La Marquise d’Espard

Les 18, 21, 24, 27, 30 août, 20h30

Durée : environ 2h00

Illusions perdues raconte l’histoire d’un jeune homme de province, Lucien de Rubempré. Jeune poète plein d’espérance, il monte à Paris pour trouver la fortune et le succès… Mais le chemin est long. Découragé par ses premiers échecs, Lucien succombe aux sirènes du journalisme. Son ascension sociale se fait alors le miroir de sa chute morale : rapide et implacable. Et le pire est encore à venir.

Dans Illusions Perdues, Balzac parle d’une société qui, après les défaites de l’Empire, a abandonné tout rêve collectif. Une société qui se réfugie dans l’individualisme pour jouir de tout : de l’argent, de la politique, du théâtre, de la littérature, de la chair.

C’est cette société de jouisseurs, avec ses gagnants et ses perdants, que nous déploierons devant vous, comme un grand bestiaire humain.

Léo Cohen-Paperman